Démarche

 
 
 
L’argile est ma matière. Je la modèle en écho à l’énergie du vivant perçu dans ses déploiements, ses flux, ses vibrations. C’est cette impulsion première qui au commencement de chaque pièce me donne une direction, une intention.

Alors, comme dans un lent processus de croissance organique, je forme les sculptures par superposition progressive de fins et irréguliers rubans de porcelaine. Leurs liaisons font apparaître des traces rythmées que j’estompe, souligne ou encore réinvente, écritures de surface qui texturent la matière qui restera nue.

J’ai choisi la porcelaine pour ses blancs subtils et sa sensibilité aux variations de la lumière qui oscille entre translucidité et opacité. C’est aussi une base lumineuse pour la couleur monochrome, saturée et intense dont le dynamisme se développe dans l’espace de chaque volume. Construits autour du vide, ceux-ci ne sont pas fermés, la lumière et les regards peuvent y pénétrer.

Sous l’effet de la lumière du jour ou d’une lumière artificielle extérieure, la couleur émane de la pièce par halos. Le volume intérieur de la sculpture devient alors chambre de résonnance pour la couleur–lumière, matière vibrante et impalpable, qui peut aussi transparaître à la surface du volume.

Ce sont ces phénomènes de champs vibratoires colorés, ces instants imprévisibles et fugaces où la lumière, la porcelaine et la couleur interagissent que je recherche.

En contrepoint à la finesse et à la légèreté de ces volumes, je modèle des pièces aux formes toujours organiques, en grès, aux volumes conséquents et dont la surface est animée par des empreintes colorées. Elles me conduisent vers de nouvelles dimensions : l’opaque, le solide, le volumineux.